17 mars 2014

Comment réduire la pollution due au trafic éffectivement ?

Le gouvernement français a décidé qu'à partir d'aujourd'hui à 5h30 du matin, seules les voitures avec un numéro d'immatriculation impair sont permis de conduire à travers de Paris. 700 policiers contrôleront dans la ville principale de la France si ce critère est respecté ; le non-respect coûtera 22 euros. En retour, les transport publics seront gratuits durant ce temps. Les arguments des tenants de cette mesure de circulation alternée sont qu'une action similaire effectuée au premier octobre 1997 par le Comité Interministériel de la Qualité de l'Air (CIQA) a révélé que finalement, les émissions de dyoxide d'azote ont été baissées de 15% sur l'Île de France par suite de cette action.

Personnellement, je me demande quel rapport le numéro d'immatriculation de véhicules pourrait avoir avec la pollution de l'air dans les rues urbaines. A mon avis, il y en a pas de rapport, et alors, cette mesure n'aurait pas tant des effets qu'une mesure avec des critères qui ont un effet écologique directe, comme ont l'effectue déjà en Allemagne avec le système des pastilles écologiques.

En Allemagne, on a mis en place des zones écologiques dans certaines villes avec une forte pollution, comme Berlin et Francfort a. M. Dans ces « zones vertes », seuls les voitures qui possèdent une pastille écologique (verte) peuvent circuler. Cettes plaquettes sont seulement attribuées pour les véhicules qui conforment aux critères écologiques et ne contribuent pas de façon significative à la pollution de l'air. Les voitures immatriculées pour la première fois à partir du 1er janvier 2006 reçoivent aussi une éco-pastille en Allemagne, car les voitures modernes sont déjà construites d'une manière plus favorable à l'environnement.

Bien sûr, le plus écologique c'est de ne pas circuler en voiture du tout, ou au moins de l'utiliser seulement quand c'est absolument nécessaire et d'utiliser ce moyen de transport personnel en groupe au lieu de conduire chacun avec sa propre voiture à la même destination. Surtout pour les distances courtes, les transports publics ont leurs avantages par rapport à la voiture, par exemple il n'y a pas de bouchons. Par contre une voiture est d'avantage quand on devrait transporter des achats lourds ou si on veut bien arriver à une destination mal desservie par les transports publics.

Un moyen efficace pour encourager les automobilistes est donc de subventionner les véhicules qui sont plus favorable à l'environnement, par exemple ceux qui ont un catalysateur, les voitures hybrides et èlectriques. Ceci a déjà été réalisé en France par les avantages fiscaux pour les automobiles écologiques. De plus, on pourrait subventionner les sciences qui s'occupent d'améliorer les techniques des voitures électriques et hybrides et élargir le réseau de stations-services offrant l'option d'approvisionner ces véhicules écologiques en carburant.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire